• Bruno

Eveil matin


Pour le poète, la beauté des mots découverts, blottis au creux d’une goutte d’eau, coulent de source.

Il les fait sécher, mais pas trop, entre deux feuilles de papier buvard, sans les aplatir.

Il sait que l’écriture s’accommode mal du sec des mots, du plat des images.

Tu es la clepsydre de mes nuits diluées, la roue à aube de mes rêves liquéfiés.

Boire tes paroles au tôt d’humidité.


Photographie : Bruno B.

3 vues