• Bruno

L'écoeure de l'armée rouge



Ce n'est pas du jeu. Et pourtant, le vocable est partout.

Poutine ressemble à ce caïd vieux jeu que l'on a tous connu.

S'acharn(i)er à faire régner la terreur dans la cour de récré. Jeu de maux.


Jouer des muscles et double jeu, assujettir, dominer, soumettre, violenter, harceler, manipuler, régner dans la toute puissance. Parfois jusqu'au vrai sang, la vraie souffrance, la vraie mort d'une victime. Jeu d'enfant, cruel, ne pas y entrer. Saint-Drone de Peter Pan Pan.


Là, on change juste de braquet, d'échelle qui ne nous fait pas grandir.

Remise en jeu, mise en joue, tendre l'autre.

La cour de récré devient l'Ukraine.

Les millilitres de sang deviennent des hectolitres.

Le plastique devient de la chair humaine.

L'agressé devient une population de 45 millions d'habitants.

Jeux d'écriture.


Nous ne pouvons plus convoquer ses parents pour le mettre hors jeu, ils sont morts, juste à la fin du siècle dernier, celui où l'on croyait qu'il serait le dernier d'une guerre mondiale.


Convoquons l'histoire, celle que nos enfants pourront regarder dans les yeux, sans larmes. Entrons dans le jeu avant d'entrer dans une danse macabre.


Montage photographique : Bruno B.

6 vues0 commentaire