• Bruno

Prendre le temps de voir l'invisible...



Décrypter la sensation intime J'ai d'abord pris cette photo à l'intuition. Saute immédiatement aux yeux - et à la gorge -, le matelas à la couverture rose et la bâtisse cossue, tout en contraste et en symboles. D'un côté, tout en bas, juste avant la noyade, minuscule horizontal d'une misère à 0°C qui rêve, s'inventant un avenir en couleurs et les pieds dans l'eau, jusqu'à ce que le désespoir se pende aux anneaux rouillés à disposition. De l'autre, tout en haut, juste avant l'indigestion, énorme verticale d'une richesse à 20°C (les petites cheminées fument), ventrue d'arrogance et de domination, vue imprenable à travers le vitrage de ceux laissés sur le carreaux. En bas à gauche, ne serait-ce pas la rampe de l'ascenseur social et son ombre à terre ?


Voir derrière les apparences Au plus près de cette vision extraterrestre, je me dirige vers le petit bonhomme vert, le dépasse. Sur le sol, il y a cette bâche plastique, il y a cet homme sous cette bâche plastique, il y a la voix de cet homme sous cette bâche plastique. Fruit mûr d'indignité pris dans un mauvais film alimenterre, barquette de viande cellophanée, exsudat caractéristique de denrée décongelée, invendu du petit matin. Dressée, il y a cette façade, il y a quelqu'un derrière cette façade, on apprend facilement qui. Une fois rentré, au chaud, je découvre que j'étais face à l'Hôtel Lambert, bâti en 1640 par l'architecte Louis Le Vau, décoré par Charles Le Brun (1er peintre de Louis XIV). Devenu propriété des Rothschild en 1975, il est revendu 60 millions d'euros en 2007 au frère de l'émir du Qatar, propriétaire actuel du PSG (pour info, Messi, Neymar et Mbappé totalisent plus de 100 millions d'euros de salaire annuel).


La réalité dépasse l'intuition.


Première définition : l'écart est la distance qui sépare deux choses. Elle est ici de quelques mètres, et pourtant... Seconde définition : l'écart est la différence entre deux grandeurs ou deux valeurs. Humanité, dignité, et pourtant...


Je ne suis pas différent, me rassure en ouvrant les yeux, en couchant quelques mots. Je ne sais toujours pas quoi faire de mes bras croisés.


Photographie : Bruno B.

15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout